Le Marché de l’Art Urbain

Dresden-Germany-Day1_094

Il est temps maintenant de rentrer de manière plus détaillée dans le sujet. En expliquant dans un premier temps quand et pourquoi un tournant est apparu sur le marché de l’art, et qui en ont été les principaux acteurs.

Il est important de comprendre le procédé par lequel l’art de rue est devenu l’art urbain des institutions. Mais également le besoin d’apporter de la légitimité et du crédit à ce mouvement dans le monde de l’art.

Dégoulinure de peinture jaune, verte et bleue devant la plaque de la galerie du jour d'Agnès b.

Galerie du Jour

Le Street Art et le Marché de l’Art

L’émergence de l’art urbain a été grandement influencée par le marché de l’art contemporain, et notamment par des investisseurs privés bien plus enclins à investir que les institutions publiques, comme par exemple la Galerie du Jour (Agnès b.) qui elle commença bien plus tôt, dès son ouverture en 1984. De plus, parmi d’autres facteurs, la France (Artcurial, en 2008) et le Royaume-Uni (Bonham’s, en 2007) ont joué un rôle de catalyseur. Ils sont les précurseurs des ventes aux enchères entièrement dédiées au graffiti, street art et art urbain. Cette pénétration va par conséquent affecter la vision future du street art comme mouvement artistique.

Cet image est une sérigraphie de banksy montrat une scène de vente aux enchères avec une oeuvre où il est écrit I can't believe you morons actually buy this shit.

Print par Banksy

L’image de « Marque »

Cependant l’intérêt croissant vis-à-vis des street artistes n’est pas le même pour tous. Il dépend fortement de la « marque ». Des artistes tels que Futura 2000, Kaws et JR connaissent actuellement un large succès grâce aux galeries qui les représentent, dans ces cas spécifiques Jérôme de Noirmont et Emmanuel Perrotin.

photo de la devanture de lagalerie Perrotin refiate par un collage massif de l'artiste JR

JR chez Perrotin

La Valorisation desPrix par la Galerie

Ces galeries sont les acteurs centraux du marché de l’art, et aide dans le développement d’une stratégie marketing, ainsi que dans la légitimation des artistes auprès des collectionneurs. Mais elles ont également un énorme impact sur les prix de vente. Par exemple, un artiste comme Alexöne a vu ses prix décoller lorsqu’il est parti de la Galerie L.J pour la Galerie Le Feuvre dans le 8ème arrondissement de Paris. Ses prix sont passés d’une moyenne de 3 000 euros à 10 000 euros. De plus, ce ne sont plus les mêmes acheteurs, cette galerie est bien plus haut de gamme et spéculative que la précédente.

Ouvre d'alexone représentant son personnage oiseau assis dans une chaise écoutant de la mussique avec un chien bleu sur les genoux

Alexöne

Le Marché Premier en France

Malgré cela, le marché premier ne se développe pas au même rythme partout. Si l’on compare le marché premier français avec les marchés étrangers il y a clairement un écart dans son expansion. Malgré le fait qu’il y a près de soixante galeries de street art et art urbain à Paris aucune d’elles n’a la renommé internationale que peut avoir la galerie londonienne Lazarides ou encore Jonathan Levine à New York. Selon Adeline Jeudy, propriétaire de la Galerie L.J, lorsque une œuvre est vendue à un français trois sont vendues à un américain. Cela est dû à une différence d’attitude face à l’achat d’art urbain.

Photo de l'intérieur de la galerie Lazarides pendant l'exposition Apocalyspe

Galerie Lazarides Londres

Street Art vs Art Contemporain

De plus, l’art urbain c’est aussi fait sa place dans les maison de ventes telles que Sotheby’s, Bonhams et Artcurial. Malgré cela il y a toujours un décalage dans les attitudes vis-à-vis de ce mouvement, en comparaison de l’art contemporain qui a l’unanimité des collectionneurs, et qui nous mène à un important facteur, celui du « label » street art. Cependant après avoir analyser certains résultats de vente aux enchères, chez Sotheby’s par exemple, on constate que les street artistes présents aux ventes d’art contemporain sont les street artistes atteignant les prix les plus haut de ce mouvement. Les deux exemples les plus connus étant Jean-Michel Basquiat et Keith Haring, dont les toiles se vendent actuellement plusieurs millions d’euros. Basquiat est d’ailleurs considéré comme l’un de meilleurs artistes contemporains de sa génération.

Couronne dessinée par jean-michel basquiat sur un collage de texte écrit à al main.

Couronne par Basquiat

Pour conclure, même si le marché de l’art urbain éprouve une forte croissance, il reste malgré tout loin derrière le marché de l’art contemporain. Cependant, certains des meilleurs artistes du marché contemporain sont des artistes venus de la rue, ce qui n’exclut donc pas un futur positif pour ce mouvement artistique.

Laisser un commentaire